Cours : Perception et processus perceptifs



La perception est l'un des grands domaines d'étude de la psychologie cognitive : les études sur la perception permettent de répondre à des questions variées telles que "Comment repère-t-on un avion sur un radar", "Quelles sont les illusions courantes qui nous affectent?" "Quel parfum préfèrent les femmes de 40 ans?", "Pourquoi voit-on moins bien en voiture au crépuscule?"...

La perception se définit comme l'ensemble des mécanismes par lesquels l'organisme prend connaissance du monde, sur la base des informations du sujet (car la mémoire intervient énormément!). Elle désigne l'ensemble des opérations de prise d'informations : le système perceptif transforme des stimulations en informations, phénomène de transformation qui, par ailleurs, prend du temps (et des ressources cognitive : c'est le traitement de l'information!). 

Le temps de transformation et la mise en mémoire perceptive d'information, se constatent par exemple lorsque quelqu'un dit quelque chose à quoi on n'a pas fait attention. Les paroles n'ont pas été transformées en informations (prenant un sens pour notre esprit), comme tous les bruits que l'on entend, non-importants et donc non-traités. Mais au moment ou l'on demande à la personne de répéter, les paroles qui ont été entendues, et auxquelles on porte une attention soudaine, sont tout de suite transformées en information avant même que la personne n'ait répété. Ce phénomène est un indice concluant que chaque information que nous percevons est non seulement gardé, au moins pendant un cours laps de temps, en mémoire, mais en plus, que cette information doit être traitées pour qu'elle prenne un sens (compréhension).

La perception peut dépendre de l'information auparavant stockée en mémoire (nos connaissances!). Par exemple, il peut y avoir un lien entre lieu et reconnaissance : si l'on s'attend à voir certaines personnes dans certains endroits et pas d'autres, des visages que l'on connaît... alors on les reconnait effectivement facilement dans ces endroits. Par contre, pour peu qu'on les croise dans un endroit ou l'on ne s'attend pas à les voir, il nous arrive de ne même pas les reconnaître! (Et l'éternelle question que tout le monde s'est déjà posé une fois dans sa vie : "Mais où est-ce que j'ai déjà vu ce visage qui m'est familier?".

Ainsi, la perception peut être facilitée ou dépendante de la mémoire, on a donc coutume de distinguer deux grands processus perceptifs : 
- L'approche directe est appelée processus de Bottom-up : L'environnement s'impose aux connaissances. Lorsque l'on perçoit pour la première fois un stimulus, seules les informations de l'environnement sont prise en compte pour se former une représentation mentale (celle-ci peut par ailleurs être stockée par la suite en mémoire). Imaginez par exemple - tout le monde en a déjà fait l'expérience! - un jeu d'image, avec une image dans laquelle est cachée un objet : la première fois que vous voyez l'image, vous ne percevez que ce qu'elle vous renvoie, et vous entamez un processus de recherche visuelle pour trouver l'objet. Une fois que celui-ci est trouvé, vous l'avez en mémoire.
- L'approche indirecte ou Top-down. Les connaissances s'imposent à l'environnement : dans l'exemple précédent, si l'on vous présente à nouveau l'image, vous trouvez tout de suite l'objet caché. Or, l'image n'a pas changée! La seule chose qui puisse expliquer que vous la perceviez tout de suite, et la représentation que vous aviez préalablement mise en mémoire. C'est bel et bien la mémoire qui influe sur vos perceptions, de sorte que vous interprétiez directement l'image!