Augmenter l'estime de soi et la confiance en soi par le jeu vidéo



C'est le concept développé par une équipe de recherche de l'université McGill, qui s'est voué à la noble de tâche consistant à inventer et créer des jeux qui améliorent l'estime de soi. Les chercheurs en profitent pour apporter la démonstration qu'un jeu est bel et bien capable d'augmenter l'estime de soi. 

Dans une étude qui constituait une première mondiale, les chercheurs du département de psychologie de l'université McGill ont développé des programmes spécifiquement créé pour améliorer l'humeur et l'auto-satisfaction. Wham! ; Eyespy : the matrix ; Améliorez votre chi ; ces trois jeux au nom peu commun, ont été inventés par les doctorants Joden Baccus, Stéphane Dandeneau et  Maya Sakellaropoulo, sous la supervision de leur professeur de psychologie Mark Baldwin (2004). L'équipe a par ailleurs publié les résultats de recherches qui leurs sont associés, dans les journaux spécialisés Psychological Science et Journal of Social and Clinical Psychology.

Les buts de l'étude

Après avoir examiné les précédentes recherches concernant l'estime soi, l'équipe de McGill se proposa l'hypothèse selon laquelle le sentiment d'un manque de confiance en soi (lié à une baisse d'estime de soi) est directement issu de la peur de ne pas se montrer à la hauteur en face d'autrui, de ne pas être accepté par ses collègues ou des personnes importantes pour soi.

Les précédentes recherches montraient également que l'estime de soi était particulièrement influencée par certaines formes de pensée involontaire. Ainsi, les personnes qui n'ont pas confiance en elles-même développement des automatismes cognitifs (schèmes de pensée) qui les amènent à penser de manière négative. La solution pour ces personnes dont l'auto-dépréciation est automatique, consiste simplement à remplacer ces automatismes par de nouveaux, qui les amèneront à se considérer au mieux. Et c'est dans le jeu vidéo que l'équipe de McGill espérait trouver le moyen de changer les mauvais schèmes en automatismes profitables.

Les trois jeux de l'estime

Les trois jeux font intervenir des processus cognitifs qui ont tendance à augmenter la confiance en soi. Comme le savent déjà les athlètes, acquérir de nouvelles habitudes n'est pas aisé. Le jeu vidéo, ludique, est donc parfait pour apprendre au joueur à acquérir ces nouvelles habitudes de pensées sans que cela ne se révèle difficile ou contraignant. 

Mais venons-en à la description des jeux proprement dit :

EyeSpy, the matrix, est un jeu au fonctionnement simple : il s'agit, parmi 15 figures, de trouver celle qui est souriante, tandis que les autres ont un air triste, colérique, ou neutre. L'hypothèse est elle-même assez simple : en répétant cet exercice, le joueur s'entraîne en fait à focaliser son attention sur un visage souriant, plus agréable à regarder que des visages blafards!

Le second jeu, Wham!, a été construit en référence à la célèbre recherche de Pavlov sur le conditionnement répondant. Le joueur enregistre son nom et sa date d'anniversaire. Quand le jeu est lancé, ces informations personnelles sont couplées (elles forment une paire) avec une photo de visage souriant. Quel intérêt? Le seul fait d'associer automatiquement un visage souriant avec soi, renforce la confiance en soi.

Le troisième jeu, Grow Your Chi, regroupe les deux premiers.

Et ça marche!

L'équipe de chercheurs a démontré qu'avec suffisamment de pratique, même les personnes avec une estime de soi très basse au départ, peuvent acquérir des automatismes cognitifs qui leur permettent de devenir progressivement plus confiants en eux. Bien entendu, ces jeux ne remplacent pas le travail d'une psychothérapie, néanmoins, il est amusant de voir combien, en s'attaquant aux automatismes cognitifs élémentaires, on peut modifier sans gêne les modes de pensée contraignants.

Plus d'information

Pour la recherche impliquant le jeu Wham!, 139 participants ont été recrutés et divisés aléatoirement en 2 groupes. Une première mesure d'estime de soi avant l'épreuve permettait d'avoir une ligne de base. L'un des groupes joua à Wham!, l'autre à un jeu "placebo". 10 minutes de jeu ont suffit pour qu'une seconde mesure de l'estime de soi révèle une différence significative entre les deux groupes!

Concernant le jeu EyeSpy : the Matrix, les chercheurs avaient dans l'idée de créer un jeu qui permettrait au joueur de changer son habitude (lorsque ce joueur a une faible confiance en lui) de s'attendre à être rejeté, en le forçant à focaliser son attention sur un stimulus positif parmi de nombreux négatifs. Le jeu avait donc été développé pour aider les personnes à réduire leur focalisation automatique sur des attentes négatives.

64 personnes participèrent à l'étude. Là encore, 2 mesures d'estime de soi étaient réalisées, avant et après avoir joué au jeu. 2 groupes, dont un contrôle, était formés. Et là encore, les bénéfices du jeu ne se sont pas fait attendre : après avoir joué à EyeSpy : the Matrix, les participants développaient temporairement une augmentation de leur confiance en eux, surtout ceux qui au départ, en avait une faible.

Si les jeux en eux même ont valeur anecdotique, reste que l'approche est intéressante : s'attaquer à des processus très élémentaires en supposant qu'ils auront une influence sur des aptitudes supérieures (pensée consciente ou non, de niveau supérieur, comme la confiance en soi), me rend admiratif, de par la méthodologie employée. Et ce, d'autant plus que les résultats montrent que cela fonctionne!

Pour jouer à Wham! ou à Eyespy: The Matrix, rendez-vous sur http://www.selfesteemgames.mcgill.ca.