Cours : Classifications des tests psychologiques



En psychologie générale, les tests représentent des outils importants pour la pratique clinique, mais également pour la recherche expérimentale. Chaque test s'inscrit dans une classification fonctionnelle définissant les dimensions observées, dans une classification méthodologique définissant le courant théorique sous-jacent et les buts de mesure, et d'autres classifications telles que le matériel utilisé ou le mode de passation.

Classification fonctionnelle

Tests d'aptitudes (performances)

Les tests d'efficience prennent en charge les aspects cognitifs. Inspirés d'une méthodologie de mesure différentielle, ces tests ont pour visée d'établir un profil de performance des individus (performances générales, performance sur une grande fonction cognitive ou un type de processus cognitif), pour les comparer à une population de référence. Ces tests se subdivisent en tests de vitesse (une tâche nécessitant la sollicitation d'aptitudes cognitives doit être réalisée dans un temps imparti, ou le plus vite possible) et tests de puissance (une tâche doit être réalisée sans limite de temps. Néanmoins, cette tâche comporte des items-tests de plus en plus durs). Les tests d'aptitudes sont aisés à construire, selon une méthode classique de standardisation. Ils sont également faciles à construire car chaque item a au moins une bonne réponse et une mauvaise. On distingue parmi ceux-ci :
  • Les tests de QI (d'intelligence générale), tels que la WISC (pour les enfants), la WAIS (pour les adultes), également l'ancienne échelle de Binet-simon, la B53... Ces tests globaux, généralement composés de sub-tests, ont pour visée d'établir une mesure globale de l'intelligence ou de certaines composantes (globalisantes). Plusieurs de ces sub-tests sont utilisés seuls lorsque l'on souhaite explorer un aspect spécifique de l'intelligence (raisonnement, traitement spatial, vocabulaire, etc...). Néanmoins, on préfère dans ce cas des tests spécifiquement conçus pour ce rôle.
  • Les tests de performance spécifiques, mesurent des aptitudes mentales plus spécialisées (raisonnement, mémorisation, visuo-spatial, logique...).
Tests de personnalité (attitudes)

Les tests de personnalité vont, eux, s'intéresser aux aspects conatifs, affectifs. Étant donné la nature des variables mesurées (traits de personnalité, jugements de valeur, attitudes...), il est plus difficile d'en avoir une évaluation objective. De plus, comme il n'y a plus de bonne ou de mauvaise réponse, on préfère établir en plus de l'analyse quantitative, une analyse qualitative. Une analyse quantitative amène davantage à un classement qu'à une comparaison à une population de référence. On distingue au sein des tests (parfois appelé questionnaires) de personnalité :
  • Les questionnaires : ce sont les plus courants des tests de personnalité, composés de questions qui mettent le sujet dans des situations particulières ( exemple, "j'aime être seul : oui ; non ; ne sait pas" ). Une critique récurrente tient au fait que ces tests constituent une auto-évaluation. On ne sait pas si le sujet dit vrai, avec quels critères il répond, ou s'il a les moyens d'avoir une vision objective de lui-même. Le questionnaire mesure donc l'image que le sujet a de lui-même, et donne donc des résultats en partie subjectifs...
  • Les tests objectifs de personnalité placent le sujet dans des situations, dans lesquelles on déguise le réel objectif (par exemple, le test de la résolution du labyrinthe mesure l'anxiété, le stress…). Ces tests sont à la fois performants et rigoureux du point de vue méthodologique. Malheureusement, ils sont peu nombreux et ne couvrent pas toutes les dimensions psychologiques.
  • Les tests projectifs, comme le Rorschach ou le TAT, présentent un matériel ambigu, partant du postulat selon lequel le sujet effectuera des projections (démonstratives de son état mental).
Classification matérielle, ou sur le mode d'administration

Certains tests sont classés selon la nécessité matérielle :
  • Les tests "papier-crayon" (de plus en plus "ordi-souris") sont les plus courants et les plus aisés à mettre en place pour une passation. Il est également plus facile de se les procurer. Ces tests, très utilisés en psychologie cognitive, ont une cotation simple et leur passation en groupe est facile.
  • Les tests de manipulation (performances) nécessitent un matériel spécifique. Le sujet doit faire une action avec le matériel qu'on lui donne. Ces tests sont un peu plus coûteux, et nécessitent souvent un psychologue pour chaque patient (par exemple, l'épreuve des "cubes de Kohs" de la WAIS : le sujet doit reformer une figure avec des cubes bicolores ; le psychologue analyse sa stratégie, le temps qu'il passe pour le faire,…). Ces tests sont très utilisés par le psychologue clinicien.
D'autres, ou les mêmes, peuvent être classés selon le mode d'administration
  • Les tests individuels nécessitent peu de temps pour leur passation. Celle-ci est directe et l'intervention orale du sujet autant que de l'examinateur, est réduite. Ce mode d’administration se prête à l'examen individuel de patients, donc, à la pratique clinique.
  • Les tests collectifs nécessitent un peu plus de temps pour leur mise en place. Souvent, l'examinateur prend plus de temps pour expliquer à l'assistance et aux éventuelles personnes concernées (par exemple, enseignants si l'examinateur testent des enfants à l'école). Ce type de test permet d'obtenir des résultats plus rapidement sur de larges échantillons, ils sont donc naturellement plus utilisés dans le cadre de la recherche ou de l'évaluation de groupes (évaluation scolaire, évaluation de groupes de patients, etc...).
Les tests peuvent également être classés selon leur empreinte culturelle : des tests de logique sont par exemple peu dépendants de la culture (pays de naissance, région actuelle) et peuvent paradoxalement aisément servir de référence pour les comparaisons interculturelles. D'autres tests sont très dépendants, voire indissociables de la culture, par exemple, dans le cas de tests de langage (vocabulaire, synonymes...) ou de connaissances (histoire, géographie...).