Cours : Différences inter-individuelles de personnalité



Le domaine de la personnalité est après le domaine de l'intelligence, le second grand axe d'étude de la psychologie différentielle. Aussi appelé conation, ou domaine conatif, et concernant la personnalité, ce domaine est très complexe : la psychologie différentielle va tenter de comprendre le fonctionnement, le comportement de l'individu, ces affects, ces traits de personnalités. Et ce que l'on connaît de la personnalité va nous amener à de nombreuses questions.

Description intuitive de la personnalité

De prime abord, nous avons l'impression de connaître beaucoup de choses sur la personnalité. Nous avons déjà l'idée d'une grande diversité, de nombreuses facettes caractérisant la personnalité, nous la concevons donc comme une entité multidimensionnelle.

Nous avons également l'idée d'une certaine stabilité, d'invariances dans la personnalité ou le comportement d'individus - sans quoi nous n'aurions aucune utilité à caractériser la personnalité d'une personne, comme étant tel ou tel type de personnæ. nous percevons ainsi des régularités dans le comportements, une certaine cohérence dans les conduites : on parlera d'ailleurs de stabilité des conduites pour suggérer la stabilité de la personnalité.

Nous avons également l'intuition d'une certaine profondeur, d'une invisibilité et d'une unicité de cette personnalité qui entraîne les choix de comportement d'un individu dans un sens plutôt qu'un autre. La personnalité est quelque chose d'intense et de propre à un individu, et qui s'oppose à l'explication externe d'un comportement (on parle d'internalité du comportement).

Théories de la personnalité

Il existe 2 ensembles de théorie de la personnalité : la personnalité comme ensemble de traits internes à l'individu, et la personnalité comme s'expliquant par des facteurs de situation. Nous ne nous intéresserons qu'au premier ensemble de théories, celui des traits de personnalité : il représente la position dominante de nos jours. Dans cet ensemble de théories, on peut distinguer 2 sous-ensembles ou domaines d'étude :

- Traits de personnalité communs : cette angle d'approche tente de dégager un noyau commun à tous les individus, des invariances dans la personnalité, l'existence de caractéristiques partagées par de grands groupes d'individus, ou l'ensemble de la population. L'humeur, l'extraversion, la fiabilité d'une personne, sont autant de traits personnels sur lesquels tout individu se place : certains sont extravertis, d'autres introvertis, mais dans tous les cas, ils ont une valeur sur cette dimension "extraversion / introversion". Une fois les invariances caractérisées, nous pourrons essayer de découvrir s'il existe des différences sur ces traits, de quelle nature, quels sont les facteurs d'influence, etc...

- Caractéristiques uniques de personnalité (idiosyncrasie). Chaque individu présente également des caractéristiques uniques, stables, une organisation de personnalité qui lui est unique. Bien qu'il y'ait des invariants, la façon dont ceux-ci sont agencés est toujours unique : si des personnalités peuvent être semblables, elles ne sont jamais exactement les mêmes.
Définition de la personnalité : la personnalité représente l'ensemble des caractéristiques d'un individu qui permettent de rendre compte de l'organisation de sa conduite, d'expliquer les régularités de ses émotions, de ses pensées et de ses comportements.
L'objectif poursuivi par la psychologie différentielle va être d'identifier de grands traits fondamentaux de la personnalité, et l'origine des différences. L'un des méthodes privilégiées pour poursuivre ce but :  l'utilisation de l'analyse factorielle pour la création de tests de personnalité (projectifs, objectifs).

Présentation de l'approche en terme de traits.

L'approche dominante en psychologie différentielle, avance que la personnalité s'exprime en terme de traits (dimensions psychologiques), représentant un ensemble de caractéristiques psychologiques et comportementales stables, généralement cohérentes entre elles. Plusieurs théories adoptent cette approche, très influente et solide au plan expérimental.

Cette approche conduit à une méthodologie, et une séquence de recherche, spécifiques. La recherche pose également des buts à l'étude de la personnalité. Concevoir la personnalité en terme de traits alors signifie que l'on va :

1. Identifier les traits de personnalité. Les comportements présentent un certain degré de cohérence, une organisation, on peut donc essayer d'en dégager une structure. L'idée est que les comportements relèvent du domaine de l'observable, ne se manifestent pas de façon anarchique, et reflètent donc les dimensions psychologiques (inobservables directement) qui en sont l'origine. On pourra donc décrire les structures de personnalités à l'origine des comportements, par inférence : l'observable donnera une idée des traits inobservables.

2. Objectiver et mesurer les différences inter-individuelles sur ces traits. Il s'agira de construire des expérimentations, des expériences, qui nous permettront de mesurer les différences individuelles sur ces traits.

3. Étudier les traits de personnalité, de manière globale puis plus précisément, ce qui se fera à travers différentes questions que l'on va se poser :
  • Tester la validité des traits de personnalité : on va essayer de voir si elle se manifeste dans une large partie de la population. On va tester le degré de généralité des traits, c'est-à-dire la stabilité (ou la variabilité) des traits au sein de la population.
  • Tester leur stabilité inter-situationnelle : en situations différentes, les traits entraînent-ils des comportements stables, et sinon, quels aspects entraînent des différences?
  • Tester leur stabilité longitudinale (stabilité dans le temps) : les traits de personnalité évoluent-ils avec le temps ou avec l'expérience?
  • Identifier l'organisation des traits, le modèle de l'organisation : s'agit-il d'un modèle d'organisation hiérarchique, nodale?
  • Tester l'origine des traits de personnalité : quels facteurs influencent les traits de personnalité (milieu, hérédité, socialité...)?
  • Étudier les modifications de ces traits : sous quelles contraintes des traits, ou leur valeur, naissent, se développent ou disparaissent?
  • Préciser dans quelle mesure ces traits de personnalité (aspects conatifs) sont en interaction avec les aspects cognitifs.
4. Réaliser des applications pratiques, instrumentaliser les connaissances acquises : identifier les traits de personnalité, leur évolution, leurs conséquences, leurs caractéristiques générales et leurs particularités, va nous permettre de construire des applications pratiques (par exemple, tests de recrutement) ou de gérer au mieux certaines situations (introduire des jeux à l'école pour lutter contre le stress, créer des centres d'aide, etc...). De nombreux domaines sont concernés par les études sur la personnalité : santé, travail, politique, famille, ressources humaines...

Nota : Il existe un évident parallélisme entre la logique de ces traits et la théorie multi-factorielle de l'intelligence.