Dossier : Manipuler la mémoire



Dans la série Dollhouse, une mystérieuse organisation reprogramme la mémoire de ses employés pour la faire correspondre à ce que l'on attend d'eux : si l'un a une mission d’infiltration, on lui manipule la mémoire de sorte qu'il connaisse tout du métier d'espion, afin qu'il mène sa tache à bien. Cette série de science-fiction questionne sur la manipulation de la mémoire : peut-on modifier les souvenirs, en créer de nouveaux, en effacer?

La mémoire est la base de la personnalité de chacun : sans mémoire, nous n'avons aucune identité. Sans souvenirs, nous ne pouvons même pas savoir qui nous sommes. Notre mémoire, somme de toutes les expériences que nous avons acquises, et des connaissances que nous avons engrangées, nous définit en tant que personne

On pourrait avoir envie de la modifier, à tort ou à raison : effacer un mauvais souvenir, ajouter un souvenir bienveillant envers une marque publicitaire, modifier le témoignage d'une personne ou le préserver de la meilleure façon possible, dans le souci de l'objectivité judiciaire... Mais si la mémoire est un système imparfait souffrant de biais, de trous, d'incohérence, c'est également un système cognitif à la fois souple et robuste qu'on ne peut changer (pour l'instant), fondamentalement.

Néanmoins, depuis les années 1970, on comprend de mieux en mieux combien il est facile de l'influencer, de la manipuler. Cette série thématique a pour but de vous présenter une partie des travaux de la spécialiste dans le domaine de la manipulation de la mémoire, Elizabeth Loftus. Différents thèmes y seront abordés : suggestion, faux souvenir, désinformation...