Quand la famille parait étrangère



Un article du BPS Research digest reporte le cas d'une patiente relativement confuse pour qui les personnes qui lui sont étrangères, lui paraissent étrangères - quoi de plus normal - mais des personnes de sa propre famille lui paraissent totalement et également étrangères. Le cas de cette femme de 62 ans est décrit par une équipe britanno-hollandaise dans la revue Neurocase

Ce défaut de perception - de reconnaissance - ressemble à une agnosie particulière nommée prosopagnosie. La femme, signée sous les initiales J.S., présente ce trouble de reconnaissance des visages depuis qu'elle a été victime d'un accident vasculaire cérébral. J.S. reconnait certains visages de célébrités, mais explique que des visages (liés à sa biographie personnelle) lui paraissent tout aussi étrangers que des personnes qu'elle n'a jamais vu. De ces deux filles, elle reconnait mieux le visage de celle qu'elle n'a pas vu depuis 8 ans, tandis qu'elle échoue à reconnaitre celle qui venait la voir quotidiennement. 

Joost Heutink et son équipe ont confirmé les particularités de ce déficit en comparant les performances de J.S. en matière de reconnaissance de visage, avec celles de trois autres femmes de même âge. En plus d'une mauvaise reconnaissance des visages qui lui sont familiers, J.S. explique que ces visages, qui devraient lui paraitre familiers, lui paraissent non seulement étrangers, mais aussi et surtout déformés. Elle semble également avoir quelques problèmes à reconnaître les expressions émotionnelles faciales.

J.S. ne pense pas que les visages familiers et déformés n'appartiennent pas à des gens de sa famille, elle reconnaît par exemple ses deux filles, mais l'une d'elles lui semble avoir un visage... différent de celui d'avant.

Le fait qu'elle reconnaisse les étrangers comme tels, et à moindre échelle, des célébrités, pousse les auteurs de l'étude à considérer que J.S n'est pas atteinte de prosopagnosie, mais de prosopometamorphopsie, un trouble au nom barbare qui expliquerait que J.S. voit les visages déformés. Il semble que dans son cas particulier, l'altération de la reconnaissance entre en interaction avec les émotions suscitées par les visages : des visages étrangers ou ne lui suscitant aucune émotion particulière sont perçus comme normaux, tandis que les visages qui ont une signification pour J.S., et eux seulement, lui paraissent déformés.

J.S. présente une lésion vers le sillon temporale postérieur, sur une région que l'on pense être un centre d'intégration des informations relatives aux visages et au contexte émotionnel. Une insolite observation confirme l'hypothèse d'un déficit lié à la reconnaissance des visages ayant une signification particulière pour J.S. : les visages de Adolf Hitler ou d'Oussama Ben Laden sont perçus par cette patiente, comme déformés, tandis que des célébrités dont J.S. n'a cure, lui paraissent normaux.


Heutink, J., Brouwer, W., Kums, E., Young, A., Bouma, A. (2012). When family looks strange and strangers look normal: A case of impaired face perception and recognition after stroke. Neurocase, 18 (1), 39-49